Bạn đang ở: Trang chủ / Tài liệu / Báo cũ / Số 5 - 02.1992 / Congo-Vendée

Congo-Vendée

 

Humeur


Congo-Vendée

 

Z.T

 

Depuis la libéralisation économique, l'agitation commerçante (à ne pas confondre avec l'activité commerciale) au Viet Nam est impressionnante, comme peut l'attester n'importe quel visiteur de l'été. Immobilier et import-export sont les deux mamelles d'une spéculation qu’on ne peut qualifier que d'un seul mot: frénétique. Certains y voient la fièvre du réveil, d'autres celle de l'agonie. Pour les uns, c'est le décollage économique, seulement entravé par l'embargo américain. Pour les autres, ce n'est qu'une économie de “compradores” qui s'effondrera dans les six mois, dans les faillites en chaîne et la banqueroute de l'Etat. Bien malin qui pourrait dire quel scénario l'emportera, la rédemption ou l'apocalypse. Une chose est sûre: sous la direction éclairée (et intéressée) du Parti, le Viet Nam est en train de refaire sous nos yeux l’itinéraire du 19è siècle. Et à toute vapeur, comme pour prouver que le plus court chemin du capitalisme au capitalisme, c'est encore le “socialisme réel”.

C’est dans ces eaux du capitalisme sauvage que j'ai croisé mon Singapourien, cet été. Il se disait homme d'affaires et ce n'était qu’un petit requin, mais il était porteur du passeport magique: le billet vert. Il se lamentait à haute voix de sa récente déconvenue: une affaire de plusieurs millions – disait-il – était tombée à l’eau parce qu'au bout d'une longue chaîne pourtant copieusement arrosée, le dernier maillon avait fait défaut. “Figurez-vous que ce type (il parlait du dernier fonctionnaire, celui qui l'avait trahi) non seulement a empoché son “bakchich, non seulement n'a rien fait pour, mais en plus il m’a posé un lapin! Il m'a laissé organiser mon rendez-vous avec mes commanditaires, et puis... i l ne s'est tout simplement pas pointé! ”. Et d'ajouter, avec l'insolence des nouveaux riches: “Vous, les Vietnamiens , on ne peut tout bonnement pas vous faire confiance... A tous les echelons, à tous les étages, c'est “Congo-vendée!”, “Congo-vendée!” et puis, quand vous avez palpé, pfft! plus rien!”.

“Congo-vendée”, qu’est-ce qu’il entendait par là? D'abord je n'ai pas compris. Puis j'ai compris, et ça m'a fait mal. “ Không có vấn đề”... “Pas de problème”... Le rnot de passe de tous les fonctionnaires et assimilés, petits et grands, dans toutes les républiques bananières et cocotières du monde, dans toutes les ex-colonies qui vivent aux crochets des ex-métropoles. J'ai des amis dans ces pays où je suis allé, c'est pourquoi je ne les nommerai pas, mais combien de fois et à propos de tout – transport, nourriture, papiers – y ai-je entendu cette antienne: “Pas de problème” (si “bakchich”). Et puis, s'il y a des problèmes, c'est “pas de problème” quand même. Et les indigènes sourient, et les riches étrangers rigolent, avec un rien de mépris. La Révolution, et quelques millions de morts... pas de problème, vraiment.

Các thao tác trên Tài liệu

Các số đặc biệt
Ủng hộ chúng tôi - Support Us
Kênh RSS
Giới thiệu Diễn Đàn Forum  

Để bạn đọc tiện theo dõi các tin mới, Diễn Đàn Forum cung cấp danh mục tin RSS :

www.diendan.org/DDF-cac-bai-moi/rss