Bạn đang ở: Trang chủ / Việt Nam / Cinq jours en Suisse

Cinq jours en Suisse

- Trần Tố Nga — published 24/02/2023 14:45, cập nhật lần cuối 27/02/2023 19:09


Cinq jours en Suisse


Trần Tố Nga


Je suis allée en Suisse d’abord pour exprimer ma reconnaissance à l’Association Suisse-Vietnam (ASV) pour sa longue solidarité avec le peuple vietnamien et le soutien constant qu’elle m’a apporté ces sept dernières années dans le procès intenté contre les sociétés américaines produisant des défoliants à haute dose de dioxine destructrice pour l’environnement et létale pour l’homme. J’y suis allée aussi pour rencontrer les trois personnes qui, il y a plus de cinquante ans, à la veille de l’ouverture de la Conférence de Paris, avaient hissé au sommet de la Grande Flèche de Notre-Dame de Paris, le drapeau du Front National de Libération du Sud Vietnam (FNL). Ce drapeau flottant à cent mètres du sol avait alors fait la une des journaux, forçant l’admiration de l’opinion publique au Viet Nam, mais les auteurs de ce haut fait héroïque étaient restés anonymes pendant plus d’un demi-siècle. C’est avec une extrême émotion que,  militante vétérane du FNL, je suis allée à leur rencontre.


Premier jour : Paris-Zürich

Il fait –3°C, le TGV roule à 300 km/h pendant près de cinq heures, ce qui me laisse le temps de penser à mille choses. Anjuska Weil, présidente de l’ASV, récemment opérée de la colonne vertébrale et marchant avec difficulté, m’accueille à la gare. Elle étreint dans ses bras celle qu’elle a toujours appelée “sœur aînée”.

18 heures. Les membres de l’ASV au complet sont réunis au restaurant Xí Muội. Hoàng, la jeune restauratrice, qui met des photos des victimes de l’Agent Orange sur une table à la libre disposition des clients, a décidé d’offrir le repas à l’association en apprenant mon arrivée de Paris. J’avais pensé que cela se passerait comme dans les réunions ou colloques, que je devrais faire un exposé. En fait, je n’ai rien à exposer : ils ont beaucoup lu sur le procès, vu des films, ils prennent la parole pour dire leur soutien au combat pour la justice en faveur des victimes de l’Agent Orange. Il me reste simplement à remercier l’ASV dont l’aide a permis d’équiper trois fabriques d’encens gérées par deux garçons victimes de l’Agent Orange. L’émotion est à son comble lorsqu’un jeune homme, encore empli des sensations de son tout récent voyage au Vietnam, déploie avec Anjuska une banderole en allemand “ Solidarité avec Trần Tố Nga et les victimes de l’Agent Orange ”.

aasv


Deuxième jour : Zürich

Chaleureuse rencontre avec Hoàng, une compatriote motivée et désintéressée qui veut apporter son aide aux victimes de l’Agent Orange, à la condition expresse que “tu ne laisses égarer aucun centime, ne paies aucun pot-de-vin, ne passes par aucun circuit détourné ”.  Que répondre à cette jeune femme, plus jeune encore que ma fille cadette, sinon l’inviter à aller avec moi sur place pour s’en rendre compte avant de s’engager.

Cela me fait penser à la journée du 21 janvier 2021. Ce jour-là, les avocats de la partie adverse ont débité quatre heures durant des mensonges et des propos ignobles pour m’abattre. Ma réponse a été de les inviter à m’accompagner au Vietnam, pour rencontrer une victime, ne serait qu’une seule, de l’Agent Orange. “ Je suis certaine ”, leur ai-je dit, “ que vous n’auriez alors plus le cœur à défendre vos clients ”. Ils n’ont pas su comment répondre à mon invitation. Quand la vérité nous appartient, nul besoin de grands discours pour prouver sa force.

Quant à l’adorable Hoàng, mon invitation sincère débouchera sur bien de belles choses pour la solidarité humaine, et pour les victimes de la guerre chimique.

La rencontre suivante m’a profondément bouleversée. Anjuska m’amène à une maison de retraite. Elle frappe à la porte de la chambre d’un grand malade, M. Marc Rudin. Je lui dis la raison de ma visite. Il me regarde fixement. Au bout d’un long moment, des larmes coulent de ses yeux. Avec difficulté, il prononce trois mots : Suis très ému. Avec des amis, il y a cinquante ans, Marc Roland a déployé le drapeau du FNL au sommet de la cathédrale de Berne, la capitale de la Suisse. L’histoire est ancienne, il ne s’en souvient peut-être pas, mais quel que soit le rôle qu’il y avait joué, nous les Vietnamiens avons un devoir de mémoire si nous ne voulons pas être en faute devant l’Histoire.

La banderole de solidarité est de nouveau déployée dans la salle de l’association “medico international suise”, qui a soutenu pendant de longues années la lutte contre l’Agent Orange et dont la coordinatrice de projets, Anita, est engagée dans la défense des pays opprimés.

Nous sommes aujourd’hui le 14 février, Khẩn, le patron du restaurant Xí Muội, a eu la délicate attention d’offrir à “Tata Nga” un petit pot d’orchidées en lui souhaitant « de longues années de santé ».

Je garderai pour toujours l’image de ces Zürichois réservés mais chaleureux et attachants. Sans le claironner mais avec empathie, l’ASV a contribué 5000 Euros à la mise en place de petits projets de formation qui permettent aux victimes de l’Agent Orange de vivre autonomes et dans la dignité. Avec la même simplicité, Anjuska a demandé à Dung, vice-présidente de l‘ASV de m’accompagner jusqu’à Lausanne. De nouveau cahin-caha, elle m’a amenée en tramway à la gare. Il faut relever l’efficacité du vaste réseau de transports publics à Zürich lié à la politique de protection de l’environnement : peu de voitures particulières, pas de pollution sonore, pas d’embouteillages, des moyens de transport public nombreux et ponctuels. Dans le tram, une petite fille d’environ six ans, accompagnée de sa maman, me salue de la main et fait signe de me proposer un biscuit. Cette adorable gentillesse a fait fondre mon cœur de grand-mère et d’enseignante retraitée.


Troisième jour : Lausanne

Dung nous attend à la gare et prend la relève d’Anjuska pour s’occuper de moi. Pendant les deux jours suivants, mon sort est entre les mains de la belle Việt kiều. Elle m’a déjà acheté la carte journalière qui permet de voyager en train dans toute la Suisse. Commencent alors les confidences entre les deux amies aux cheveux blancs. Dung était arrivée en Suisse il y a cinquante ans pour des études d’économie qu’elle avait interrompues pour se mettre au service de la communauté, venant en aide aux compatriotes de tous âges, organisant des cours de vietnamien pour la deuxième génération. Elle est secrétaire générale l’Association des Vietnamiens en Suisse. Elle me conforte dans l’idée que les Vietnamiens expatriés où qu’ils soient, et quelles qu’en soient les raisons, leur cœur reste vietnamien. Dung, Hoàng, Khẩn et tant d’autres, partout… portent les germes de la concorde dans la communauté, et partant, de la concorde nationale.

Dung est aux petits soins pour moi, m’offrant tantôt un fruit tantôt de l’eau, et à ma surprise un médicament dès qu’elle m’a vue devenir pâle. Pendant mes longues d’années d’expatriation je n’ai que rarement reçu de tels gestes.

neige

A la gare de Solothurn, nous sommes accueillies par Peter Jaeghi, un journaliste. Peter s’intéresse depuis plusieurs années aux victimes de l’Agent Orange. Il est allé au Vietnam et en France, a écrit de nombreux articles. Nous sommes devenus amis. Je m’attendais à être interviewée comme il a été convenu, mais il m’a réservé une belle surprise : la visite de Weissenstein, une montagne d’une blancheur immaculée, où l’on peut accéder au sommet de 700 m par le téléphérique. La surprise me laisse sans voix, émue par la gentillesse de notre ami et par la beauté indescriptible du paysage. On peut voir, au loin, la chaîne des Alpes et ses neiges éternelles. Dung me demande si je veux prendre des photos. J’en veux une seule : assise sur la neige, pour épater mes amis. La neige est rare ces dernières années en France. Il n’y aura pas d’interview, pas de politique. Un simple repas partagé, pendant lequel Peter s’enquiert des nouvelles des victimes qu’il a rencontrées au Viet Nam et m’exhorte à rester en bonne santé. Il suivra le procès jusqu’à son terme.

Peter nous accompagne jusqu’au wagon du train, ne se résout pas à nous quitter et rate le départ du train, ce qui l’oblige à rester avec nous jusqu’à la gare suivante. Nous sommes inquiètes pour sa voiture qui risque d’être enlevée mais ravies de sa compagnie. Que de témoignages d’amitié et d’affection pendant ces deux journées !


Lausanne

Ma visite à Lausanne est liée au drapeau rouge bleu à étoile d’or du FNL. Je tenais à rencontrer ces héros anonymes qui, il y a cinquante quatre ans, sont partis de Suisse dans une vieille 2CV – ils étaient étudiants – pour faire flotter au sommet de la Flèche de Notre-Dame de Paris le drapeau de trois mètres sur cinq, la veille de l’ouverture de la Conférence de Paris sur le Vietnam. Je voulais, de vive voix, en tant que Vietnamienne, leur dire merci, à ces héros qui n’ont pas besoin de gloire car “ le message est plus important le messager ”.

L’un d’eux, Olivier Parriaux, nous attend à la porte du wagon, et je suis naturellement déchargée de ma lourde valise. En nous quittant à l’hôtel, il nous dit simplement : A 6h, je viendrai vous chercher pour une destination qui sera une surprise. La surprise dépasse notre imagination : avec l’autorisation du pasteur responsable, la cathédrale de Lausanne nous ouvre ses portes, et Olivier, Dung et moi, sommes les seuls visiteurs de l’immense édifice. Dung et moi, les seules auditrices de trois œuvres de J.-S. Bach exécutées sur l’orgue par Olivier.

bach   sach

Je suis sans voix et sidérée. Non par le génie de Bach car je suis profane en musique même si mon corps frémit à l’unisson. Mais par l’honneur qui m’est accordé. La réalité me paraît incroyable et je peine à dire ma reconnaissance. Olivier m’explique que seule la musique du maître qu’il vénère peut exprimer ce qu’il a gardé dans son cœur pendant ces cinquante années.

Une merveilleuse soirée avec Bach, avec des personnes unies par l’amitié et une grande cause, par le don mutuel de ce qu’elles ont de plus précieux en elles.

Merci, Lausanne.


Quatrième jour : Fribourg

Olivier nous met, Dung et moi, dans le train pour Fribourg où nous avons rendez-vous avec la rédaction de La Liberté, journal fondé il y a cent cinquante ans par la Congrégation des Sœurs de l’œuvre de Saint-Paul .

Nous sommes accueillies avec courtoisie et une certaine solennité par Pascal Fleury, qui a préparé minutieusement l’interview après avoir consulté de nombreux sites Internet et articles de journaux. Il me pose cette question, récurrente dans la bouche de beaucoup de personnes que j’ai rencontrées, au Viet Nam, en France et ailleurs : pourquoi n’envisagerais-je pas un règlement à l’amiable pour mettre fin au procès et accepter une certaine somme ? Je suis âgée et malade, cette solution ne serait-elle pas préférable ?

Si vous voyez la lueur d’espoir dans le regard des victimes de l’Agent Orange au Viet Nam, si vous savez vraiment ce que signifie victoire ou défaite dans un combat ultime, vous comprendrez que l’argent n’est pas notre but. Les vétérans américains victimes de l’Agent Orange ont reçu de l’argent, l’argent a été dépensé et ils n’ont plus aucun droit de demander justice. Je peux mourir des séquelles de l’Agent Orange mais la relève est là, des jeunes qui continueront à exiger que justice soit faite pour toutes les victimes de l’Agent Orange dans le monde.

Ce n’est plus aujourd’hui le combat de Trần Tố Nga mais notre combat à nous tous pour la Justice.


Cinquième jour Lausanne - Paris

Je monte dans le train avec dans mes bagages deux pleines pages de La Liberté et du journal Le Courrier consacrées à ce combat pour la justice.

Mes cinq jours en Suisse m’ont donné à profusion ce qui est devenu la devise de notre marche en avant : PATIENCE – COURAGE – ESPOIR.

Trần Tố Nga



Version originale : Trần Tố Nga, Năm ngày Thụy Sĩ của tôi
Traduit par Đỗ Tuyết Khanh et Nguyễn Ngọc Giao


Các thao tác trên Tài liệu

Các số đặc biệt
Các sự kiến sắp đến
VIETNAM, DEUX DOCUMENTAIRES sur France 2 et France 5 05/03/2024 - 01/06/2024 — France 2 et France 5
Repas solidaire du Comité de soutien à Tran To Nga 22/03/2024 - 26/04/2024 — Foyer Vietnam, 80 rue Monge, 75005 Paris, Métro Place Monge
Nouvel Obs, soirée Indochine, la colonisation oubliée 25/04/2024 18:30 - 22:00 — 67 av. Pierre Mendès France, 75013 Paris
France-Vietnam : un portail entre les cultures 17/05/2024 10:00 - 11:30 — via Zoom
Các sự kiện sắp đến...
Ủng hộ chúng tôi - Support Us
Kênh RSS
Giới thiệu Diễn Đàn Forum  

Để bạn đọc tiện theo dõi các tin mới, Diễn Đàn Forum cung cấp danh mục tin RSS :

www.diendan.org/DDF-cac-bai-moi/rss